Flagellé Pour Votre Plénitude

Ésaïe 53 :5 « … Et c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guéris. »

Sous la loi romaine aux temps bibliques, un criminel était flagellé pour un crime moindre, puis mis en liberté, ou crucifié immédiatement, s’il était coupable d’un grand crime. Mais Jésus a été à la fois fouetté et crucifié. Ponce Pilate avait espéré qu’après avoir flagellé Jésus et montré Son corps ensanglanté au peuple, il serait satisfait et disposé à le laisser partir. Mais le peuple ne l’était pas, et il a demandé Sa crucifixion.

Ne pensez pas un instant que le peuple avait le pouvoir d’infliger à Jésus une telle souffrance. Cela faisait partie du plan de Dieu, et la flagellation était nécessaire, pour que par Ses meurtrissures nous soyons guéris.

Le fouet que les romains utilisaient pour la flagellation était fait de lanières de cuir incrusté de morceaux de verre, d’os et de crochets métalliques. Par un simple coup, l’instrument s’enroulait autour du corps de Jésus, et faisait que le verre, les os et les crochets entaillaient Sa chair en profondeur. Et lorsque le fouet revenait en arrière, les crochets arrachaient des morceaux de chair, et mettaient à nu Ses muscles et Ses os. D’ailleurs, le Psalmiste dit : « … Ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent. » (Psaumes 22 :16-17), et « Des laboureurs ont labouré mon dos. Ils y ont tracé de longs sillons » (Psaumes 129 :3).

Bien que 39 coups de fouet soient le maximum de coups que quelqu’un pouvait recevoir selon la loi juive, je crois que Jésus a reçu un nombre de coups supérieur, parce que les Romains qui ne respectaient probablement pas la loi juive, ont continué à Le fouetter.

Quoiqu’il en soit, Son dos devait ressembler à une masse sanglante de chair mutilée. Ce jour-là, le sang de Jésus a coulé de Son corps, pour que nous soyons délivrés de toutes sortes de maladies et d’afflictions physiques. Dieu a permis que chacune de ces meurtrissures tombent sur le corps de Son Fils, afin que notre corps n’ait pas à être meurtri par la maladie.

Mon ami, si vous êtes malade ou que vous souffrez d’une condition physique, sachez que Jésus a enduré la flagellation, afin que le prix pour que vous soyez libéré de cette condition soit complètement payé. Il a porté ces meurtrissures, afin qu’aujourd’hui, vous n’ayez plus aucune maladie à porter, ni aucune infirmité. Par Ses meurtrissures, vous avez été guéri !

La pensée du jour : Jésus a enduré la terrible flagellation afin de payer le prix de votre délivrance pour toutes sortes de maladies.

Pasteur Joseph Prince