23 août 2019"... Ma grâce te suffit..." 2 Co. 12 :9

JÉSUS VOUS A COUVERT

Lévitique 1 :4 « Il posera sa main sur la tête de l’holocauste, qui sera agréé de l’Éternel, pour lui servir d’expiation. »

Imaginez la perfection de Jésus vous couvrant de la tête aux pieds devant Dieu, à tout moment de la journée. Est-ce que cela semble être un rêve ? Mon ami, c’est une réalité pour vous aujourd’hui, parce que Jésus, à la croix, est devenu votre holocauste.

Dans le cas de l’holocauste, quand celui qui offre l’offrande pose sa main sur le sacrifice animal (Lévitique 1 :3-4), la perfection et la beauté du sacrifice sans défaut lui sont transférées, et Dieu le voit et l’accepte au travers de la perfection de l’animal.

En hébreu, le mot « accepté » implique d’être traité avec faveur, plaisir et acceptation. Cela signifie que vous, pour qui Jésus est devenu un holocauste, êtes traité par Dieu avec faveur, plaisir et acceptation, parce que la beauté et la perfection de Jésus vous ont été transférées. En tant que votre holocauste, Dieu a fait expiation pour vous, à votre place.

Jésus est votre expiation ou couverture en ce qui concerne le péché. Vous êtes aussi précieux aux yeux du Père que Jésus, parce que lorsque le Père vous voit, Il voit Jésus, votre expiation, votre couverture.

Alors, tous les jours, prenez Jésus comme votre holocauste. Venez à Dieu et dites : « Père, je te remercie, de ce que Jésus est mon holocauste. Il me couvre de la tête aux pieds de Sa justice. Je te remercie Père, de ce que tu me vois sans ride et sans tache. Tu me vois recouvert de toute la valeur et la perfection de l’œuvre de Ton Fils. Ce qu’Il est pour Toi, je le suis. Qui il est pour Toi, je le suis. Tel qu’Il est maintenant, je suis. Je suis en Lui ! » (1 Jean 4 :17)

Jésus vous a couvert. Vous ne paraissez pas devant le Père avec toutes vos fautes et vos faiblesses. Jésus proclame ce qui va bien en vous, en dépit de ce qui ne va pas, parce qu’Il vous a couvert de Sa perfection. Aujourd’hui, entendez-le vous dire : « Va, ma fille ! Je t’ai couverte. Rien ne doit t’inquiéter ! » Entendez-le vous dire : « Va, mon fils ! Je t’ai couvert. Tu n’as rien à craindre ! »

Joseph Prince