La Grâce De Dieu vous apporte la lumière de la vie
Shadow

“PLUS AUCUNE CONDAMNATION” AVANT TOUT

Jean 3 :17 « Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’Il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui. »

Le récit de la femme prise en délit d’adultère montre quelque chose de très important. Qu’est-ce qui permet à quelqu’un d’avoir le pouvoir de vaincre le péché ? La menace de la Loi n’a évidemment pas empêché la femme de commettre l’adultère. Mais recevoir la faveur de Jésus, sachant que même si elle méritait d’être lapidée à mort Il ne l’a pas condamné, cela lui a donné le pouvoir « d’aller et de ne plus pécher ».

Remarquez que Jésus a sauvé la femme avec justice. Il n’a pas dit : « Ne l’a lapidez pas. Montrez-lui de la miséricorde. » Il a dit : « Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre. » Et de leur propre chef, les pharisiens religieux et la foule sont tous partis.

Notez aussi que Jésus n’a pas demandé à la femme : « Pourquoi as-tu péché ? » Non, ce qu’Il lui a demandé était : « Personne ne t’a-t-il condamnée ? » Il semble que Jésus était plus préoccupé par la condamnation du péché que le péché lui-même. Il s’est assuré qu’elle s’éloigne sans ressentir la condamnation et la honte. Ne renversons pas l’ordre de Dieu. Quand Dieu dit que quelque chose vient en premier, il faut que ce soit d’abord. Dieu dit en premier lieu « il n’y a plus aucune condamnation » et ensuite vous pouvez « aller et ne plus pécher ».

La religion chrétienne fait l’inverse. Nous disons : « Allez, ne pèche plus et alors nous ne te condamnerons pas. » Ce que nous devons comprendre, c’est que lorsqu’il n’y a pas de condamnation, les gens ont le pouvoir de vivre des vies victorieuses, des vies qui glorifient Jésus. La grâce produit sans effort à travers la révélation de non-condamnation. Ce n’est pas mérité, c’est complètement immérité. Mais nous pouvons le recevoir — ce don de non-condamnation — parce que Jésus l’a payée à la Croix.

À vrai dire, aucun d’entre nous n’aurait pu jeter la première pierre. Nous avons tous péché et avons tous échoué. En Christ, nous sommes tous sur un pied d’égalité. Si un frère ou une sœur s’embrouille dans le péché, notre place ne sera pas de les juger, mais de les restaurer en leur indiquant le pardon et le don d’aucune condamnation que l’on trouve en Jésus.

La seule personne qui est sans péché et qui aurait pu exercer des sanctions judiciaires sur la femme était Jésus, et Il ne l’a pas fait. Jésus était dans la chair pour représenter ce qui était dans le cœur de Dieu. Ce n’était pas un jugement. Son cœur se dévoile dans Sa grâce et Son pardon. J’aime le récit de ce qui s’est passé lorsque les pharisiens attendaient de lapider la femme : les Pharisiens l’auraient fait s’ils avaient pu, mais ils ne pouvaient pas. Jésus pouvait le faire, mais Il ne le voulait pas. C’est notre Jésus !

Joseph Prince